Partager/Share/Sangiza

ODHR

OBSERVATOIRE DES DROITS DE L’HOMME AU RWANDA

Le 10 décembre 2018 le monde célèbre l’anniversaire de 70 ans de la Déclaration des Droits de l’Homme. Les valeurs qu’elle a inspirées sont dans les instruments internationaux des droits de l’homme et dans plusieurs constitutions des pays membres de l’ONU et des organisations régionales.

A la même date le monde célèbre également le 20ème anniversaire de la Déclaration des Nations Unies sur les Défenseurs des Droits de l’Homme. Cette déclaration a pour objectif de protéger spécifiquement les personnes individuellement ou en groupe qui défendent aussi bien leurs droits que les droits d’autrui. Les principes de cette déclaration sont actuellement mis en application par beaucoup de pays dans le monde mais très peu de pays africains dont le Rwanda les ont insérés dans les législations nationales.

Le rapporteur Spécial des Nations Unies sur la situation des Défenseurs des Droits de l’Homme Michel Forst s’est alarmé dans son message que « ces dernières années, la situation des défenseurs des droits de l’homme s’est dégradée partout dans le monde » et s’est dit « plus que jamais préoccupé[1] ». le Rapporteur souligne en outre que « Malgré le rôle positif de cette déclaration, il n’en demeure pas moins que plus de 3.500 défenseurs ont été assassinés et autant de familles ravagées….que ce bilan ne tient-il pas compte des centaines de milliers d’autres personnes bafouées dans leur dignité, attaquées, calomniées ou encore emprisonnées injustement…. Il s’est élevé contre les initiatives sournoises visant à critiquer la légitimité des défenseurs, à multiplier les législations pour entraver l’action de la société civile et à remettre en question l’existence même de ce mandat »

L’ODHR est préoccupé par la situation des droits de l’homme au Rwanda malgré l’adhésion du Rwanda à la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et à plusieurs instruments internationaux des droits de l’homme qui véhiculent les principes des deux déclarations dont la Charte Africaine des droits de l’Homme et des peuples. Les disparitions, la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, le harcèlement, les assassinats sont régulièrement dénoncés dans les rapports des organisations internationaux et des missions diplomatiques. Mais le Rwanda ne s’en inquiète pas outre mesure pour enquêter et juger les auteurs de ces violations.

Par ailleurs le Rwanda a jusqu’ici refusé d’adhérer à la convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées et d’intégrer dans sa législation la Déclaration des Nations Unies sur les Défenseurs, arguant qu’ils sont protégés simplement par les lois ordinaires du pays comme d’autres citoyens.

L’Observatoire des Droits de l’Homme au Rwanda (ODHR) demande au Gouvernement Rwandais de mettre effectivement en application des instruments internationaux auxquels il a adhéré pour la protection sans discrimination des citoyens rwandais.

L’ODHR invite le Gouvernement Rwandais à adhérer aussi à la convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées, à intégrer dans sa législation la Déclaration des Nations Unies sur les Défenseurs des droits de l’Homme. La voix et la protection des défenseurs des droits de l’homme sont nécessaires dans un espace politique et civil aussi fermé, dans le cadre de la lutte pour la dignité humaine des personnes dont la voix ne peut être entendue et pour le développement global du pays.

Pour l’Observatoire des Droits de l’Homme au Rwanda (ODHR)

Laurent MUNYANDILIKIRWA

Coordinateur