Partager/Share/Sangiza

27/02/2018, Opinion

RIPRODHOR (Réseau International pour la promotion et la défense des droits de l’Homme au Rwanda, Association loi 1901  – 73 rue des Martyrs de la Résistance- 69200 Vénissieux)

Dénonciation et condamnation du RIPRODHOR contre les massacres perpétrés sur réfugiés congolais par la police et l’armée rwandaise

Le RIPRODHOR dénonce et condamne les massacres perpétrés, du 20 au 21/02 /2018, sur les réfugiés congolais dits rwandophones du camp de Kiziba en Province de l’Ouest du Rwanda.

Alors que ces réfugiés s’étaient présentés  au Bureau du HCR de leur district pour exprimer leur joie ou leur peine comme ils le feraient devant un père et une mère, ils ont été surpris d’être repoussés par ces derniers, arguant d’en demander trop.

Ces réfugiés demandaient principalement au HCR – de les prémunir contre leurs recrutements forcés dans l’armée, la police rwandaises et dans la garde présidentielle ; – de les prémunir contre les détournements de leurs dossiers de relocalisation dans les pays tiers et d’accès aux soins de santé par les autorités rwandaises ; – de les prémunir contre les manœuvres politiques des autorités rwandaises de leur ôter la nationalité congolaise en  les  classant dans le système d’Ubudehe qui catégorise les rwandais suivant les conditions sociales, – de les prémunir contre des réductions drastiques de la ration alimentaire,  – de les relocaliser ou – de faciliter le rapatriement volontaire dans leur pays d’origine.

De connivence avec les autorités rwandaises, le HCR a répondu négativement à ces revendications pourtant légitimes. Et pis encore, il a invité les forces rwandaises à les dégager. Ce qu’elles ont fait avec la plus grande cruauté et la plus grande brutalité qui les ont toujours caractérisés. Elles ont attendu la soirée du 22/02/2018 pour les assiéger, leur asperger des gaz lacrymogènes et finalement tirer sur eux avec des cartouches réelles. Cette hécatombe a fait plus de 20 morts et de très nombreux blessés.

Le RIPRODHOR dénonce la gestion calamiteuse du HCR des doléances des réfugiés et condamne l’usage de l’usage de la violence  des Forces armées rwandaises pour les réprimer.

Il demande au HCR et au Gouvernement rwandais dont les agents sont impliqués dans cette affaire, de permettre à une autorité indépendante de diligenter une enquête impartiale pour que les auteurs de cette tragédie soient sanctionnés.

Il demande au HCR et au Gouvernement rwandais de traiter les doléances des réfugiés congolais rwandophones conformément à leurs statuts.

 

Fait à Lyon le 24/02/2018

Théobald RUTIHUNZA

Président