Partager/Share/Sangiza

Le 28/11/2017, par Faustin Kabanza

Des demandeurs d’asile, au centre de détention de Holot en Israël. Photo (c) Jim Hollander/EPA

Parfois on a l’impression que les médias nous font expressément des canulars ou racontent des blagues sans suite. Quand fatalement, on s’aperçoit qu’il s’agit d’une réalité pure et simple, on tombe des nues ! Sérieusement, comment peut-on imaginer que le Rwanda puisse réclamer des réfugiés africains qui sont en Israël, en Libye ou ailleurs ?

Alors que la population rwandaise est actuellement confrontée à une pauvreté sans précédent justifiée par une pénurie récurrente de denrées alimentaires de base, les autorités rwandaises se targuent de leur richesse (personnelle) et de leur capacité à accueillir les personnes qui quittent les pays en réalités moins pauvres que le Rwanda.

Ces dernières années, les Rwandais ne cessent de quitter massivement le pays pour différentes raisons : pauvreté, injustice, torture, manque de liberté d’expression, violation des droits de l’homme, etc. On compte plusieurs milliers de réfugiés rwandais partout dans le monde. Certains vivent dans les conditions extrêmement dangereuses sans aucune forme de protection (ceux errant dans les forêts congolaises depuis plusieurs années), d’autres traversent l’océan indien à leur risque et péril pour tenter de s’installer à Mayotte. D’autres encore sont victimes de différentes tentatives de déstabilisation dans les pays d’accueil (cf. l’affaire récente des Rwandais installés en Zambie).

Il serait très facile et sadique de dire que ces Rwandais n’ont pas de raisons de fuir le Rwanda et de ne plus avoir envie d’y retourner. Les autorités rwandaises devraient d’abord, cela va de soi, balayer devant leur porte avant d’aller balayer devant chez les autres ! Les autorités rwandaises se souviennent-elles de l’affaire Thomas Nahimana (et son équipe) qui voulait rentrer dans son pays, le Rwanda, mais qui s’est vu refuser toute possibilité de retour ?

L’accueil de réfugiés africains réclamé par le Rwanda pose de vrais problèmes en matières des droits des réfugiés. En prenant le chemin de l’exil, ces réfugiés savaient déjà que le Rwanda était un pays d’Afrique et pouvaient facilement le localiser. S’ils avaient estimé être mieux protégés au Rwanda, ils n’auraient pas dû risquer leur vie en traversant les océans avec tous les dangers que l’on connait.

Il faudrait désormais interpeller les vrais défenseurs de droits humains pour venir en aide à ces personnes en détresse et leur trouver un lieu d’accueil fiables, loin de ceux qui visent d’autres intérêts. Les africains ont suffisamment souffert de la misère dont leurs dirigeants sont en grande partie responsables. Il ne faudrait pas chercher en rajouter une couche.

En revanche, les africains de l’Afrique noire devraient à un moment donné se réveiller et chercher une solution   durable pour éviter de continuer à vivre ce qu’on vit actuellement.